Benoit Viollet, lauréat du Prix Descartes-Huygens 2015, pour ses travaux sur la régulation du métabolisme énergétique

Benoit Viollet, lauréat du Prix Descartes-Huygens 2015, pour ses travaux sur la régulation du métabolisme énergétique

Le prix Descartes-Huygens, emblème de la coopération scientifique franco-néerlandaise ; a été créé en 1995 par les gouvernements français et néerlandais pour développer les échanges scientifiques et sensibiliser le public aux liens historiques entre les deux pays. Il récompense chaque année deux chercheurs exceptionnels, l’un en France, l’autre aux Pays-Bas, pour leurs travaux remarquables et leur contribution à cette relation bilatérale. L’Académie royale néerlandaise des arts et des sciences a distingué Benoît Viollet, directeur de recherche Inserm au sein de l’Institut Cochin (unité mixte Inserm – CNRS – Université Paris Descartes) pour ses travaux sur la régulation du métabolisme énergétique dans la physiopathologie de maladies telles que le diabète, l’insulinorésistance, l’obésité et les pathologies cardiovasculaires.

Après un doctorat de biologie cellulaire effectué sous la direction d’Axel Kahn, Benoit Viollet suit un stage postdoctoral au sein du laboratoire de Moshe Yaniv à l’Institut Pasteur avant de devenir chercheur à l’Inserm en 2000 et de rejoindre l’Institut Cochin. Il est actuellement directeur de recherche à l’Inserm, et co-dirige avec Sophie Vaulont l’équipe ʺSenseurs du fer et de l’énergie en physiopathologieʺ à l’Institut Cochin. « J’ai, très tôt, orienté mes recherches sur le rôle de l’AMPK (AMP-activated protein kinase) dans le contrôle du métabolisme au niveau cellulaire mais également dans la régulation du métabolisme de l’organisme entier » déclare Benoit Viollet.

Véritable régulateur des niveaux d’énergie des cellules, cette protéine les protège d’un risque de carence énergétique en ajustant, en permanence et au plus près, leurs besoins et disponibilités en énergie. « Elle agit comme une sorte de rhéostat à l’échelle de la cellule mais également au niveau de l’organisme entier et c’est précisément ce qui en fait son intérêt dans la compréhension de certaines pathologies mais aussi de leur traitement » poursuit-il. Aussi, plusieurs études ont montré qu’une activation de l’AMPK constitue une piste thérapeutique de choix dans le traitement des maladies métaboliques.

Les travaux de recherche de Benoît Viollet ont d’abord permis de valider l’AMPK comme un acteur crucial dans la régulation du métabolisme énergétique mais également comme une cible pharmacologique à fort potentiel thérapeutique. « L‘avantage de l’AMPK réside dans le fait que l’on est capable de l’activer avec des agents pharmacologiques » poursuit le chercheur. C’est ainsi que son équipe a contribué à élucider le rôle de l’AMPK dans les effets bénéfiques de la metformine – médicament antidiabétique oral le plus prescrit dans le monde- sur la régulation du métabolisme glucidique et lipidique dans le foie et le muscle.

Grâce à de fortes collaborations franco-néerlandaises, d’autres fonctions cellulaires de l’AMPK ont pu être explorées récemment. C’est ainsi que son implication a été démontrée dans le contrôle du métabolisme glucido-lipidique au niveau du muscle cardiaque. « Les études menées par nos collègues néerlandais ont montré qu’une activation de l’AMPK dans les cellules cardiaques permet de contrecarrer l’insulinorésistance induite par une surcharge lipidique, ce qui ouvre de formidables nouvelles perspectives thérapeutiques» se félicite le chercheur.
Grâce au prix Descartes-Huygens, Benoît Viollet pourra renforcer ses liens avec certaines équipes néerlandaises en programmant des séjours de recherche aux Pays-Bas. En particulier, le prix Descartes-Huygens permettra d’étudier le bénéfice thérapeutique d’une activation de l’AMPK dans un contexte de cardiomyopathie diabétique en étroite collaboration avec l’équipe de Dietbert Neumann (Associate Professor, Department of Molecular Genetics) à l’Université de Maastricht. Il aidera également à l’organisation d’un symposium européen sur l‘AMPK en 2017 en France, contribuant à de nouvelles coopérations franco-néerlandaises et européennes.