La recherche-action au service d’une fédération sportive

La recherche-action au service d’une fédération sportive

Identifier les freins à la pratique du sport des filles dans les quartiers afin de les dépasser, voici la recherche-action menée par Haïfa Tlili(1) , postdoctorante à l’UFR de STAPS de Paris Descartes, en collaboration avec l’Ufolep(2) qui a financé durant seize mois cette étude(3). Un comité de pilotage incluant des représentants des ministères de la Ville et des Sports a également été mis en place pour l’accompagner. Les résultats obtenus et publiés devraient permettre la mise en place d’un programme pilote (2015-2016) afin de tester ses recommandations sur le terrain.
Si l’Etat a initié dès 1982 des politiques publiques en faveur du sport comme outil de développement social et comme vecteur de pacification dans les quartiers, les dispositifs mis en place s’adressent avant tout aux garçons. A l’initiative de l’Ufolep, la sociologue Haïfa Tlili a conduit une enquête de terrain s’intéressant pour la première fois aux raisons de la faible pratique du sport des jeunes filles âgées de 14 à 19 ans résidant dans des zones urbaines sensibles. L’objet de cette étude tente de comprendre pourquoi ces filles ne pratiquent pas de sport et d’évaluer, sur la base de leurs témoignages, les méthodes d’intervention adéquates. Pour cela, il était d’abord nécessaire de mieux cerner le lien qui peut exister entre la manière dont les adolescentes voient l’activité physique et sportive et les possibilités qui leurs sont offertes dans les territoires prioritaires.

Le travail conséquent accompli par Haïfa Tlili s’est articulé autour de plusieurs phases. Afin de poser la problématique, elle a commencé par réaliser une cinquantaine d’entretiens exploratoires auprès de responsables de structure et d’acteurs dit « de luxe » tels que des sportives de haut niveau et des responsables d’association ayant une réelle expérience sur le sujet. Puis, elle a recueilli la parole de jeunes filles volontaires, de parents et d’acteurs de terrain (éducateurs sportifs, professeurs d’EPS, CPE de collèges et de lycées, responsables municipaux du service des sports) dans six départements retenus par l’Ufolep. Au total, Haïfa Tlili a ainsi conduit cent-quarante entretiens approfondis.
Après cette phase de recherche sur le terrain, une restitution intermédiaire des résultats a été organisée auprès des publics participants. Actuellement, la sociologue a terminé la rédaction du rapport de recherche qui sera publié par l’Ufolep, mais elle a d’ores et déjà communiqué sur de premiers éléments dans un dossier paru dans leur revue En jeu une autre idée du sport(4) . Plusieurs pistes y sont évoquées : donner la parole aux filles, mieux les accompagner, rassurer les parents, donner du sens à l’activité physique et sportive, privilégier l’aspect ludique de l’activité, améliorer l’offre, développer une forte communication de proximité,  proposer des modèles, les sensibiliser le plus tôt possible avec leurs parents, encourager le travail en réseaux, etc. L’un des principaux enjeux qui en ressort est néanmoins de parvenir à positionner le sport dans une démarche de bien-être, de connaissance de soi et de développement de son leadership et non plus simplement, comme à l’heure actuelle aux yeux de ces jeunes filles, à des questions d’ordre esthétique. Pour pouvoir tester ces idées dans certains quartiers afin d’en évaluer les impacts, la chercheuse recherche actuellement, avec l’appui de la Fondation Paris Descartes, de nouveaux financements.

(1) http://recherche.parisdescartes.fr/tec/Membres/Haifa-Tlili

(2 L’Ufolep est la 1re fédération sportive multisports de France rattachée à la Ligue de l’enseignement

(3) Le financement comprend le salaire de la chercheuse, tous les frais d’enquête, de déplacement et l’embauche d’étudiants pour retranscrire les entretiens.

(4) http://enjeu-ufolep.laligue.org/brochure.asp?brochno=69


 

Thème de recherche : Femmes, Immigration, interculturalité, Sports, Cultures, Corps, Santé, Analyse Féministe poststructuraliste et postcoloniale
Laboratoire de rattachement : EA 3625, Technique et Enjeux du Corps, université Paris Descartes
Parcours :
2009-2011 : Recherche postdoctorale à l’université Concordia (Montréal) sur la construction discursive du corps, de la santé et de l’obésité des jeunes femmes canadiennes immigrées venant du Maghreb dans un contexte de pressions bio-pédagogiques.
2008 : Doctorat de sociologie à l’université Paris Descartes, dirigé par B.Valade et B.During
2002 : DEA en sciences sociales à l’université Paris Descartes
2001 : Maîtrise de STAPS à l’université Paris Descartes